Histoire en 12 épisodes : De juin 2011 à juin 2012

Auteure : Geneviève Paris
Vous ai-je déjà parlé de Gérard? La suite...

Extrait de la première partie de « Vous ai-je déjà parlé de Gérard? »
[...] Gérard est très important pour moi. C'est mon pote, c'est mon grand ami, on est vraiment inséparables, en un mot comme en cent, Gérard c'est mon inconscient. [...]

Cliquez pour agrandir
Le chemin | Peinture : Jacques Paris

Je nous place. Nous sommes rendus à la fin du mois de novembre 2011. Depuis quelques semaines, je n'écris rien. Pas d'idées, pas d'inspiration et je commence à me dire que l'aventure va avoir une fin prématurée. Je commence à déprimer et Gérard aussi. Quand Gérard déprime, ce n'est vraiment pas drôle. Il va jusqu'à perdre son sens de l'humour, qu'il a pourtant très aiguisé. On pense, lui et moi mais surtout lui, qu'il faudrait écrire quelque chose sur ce deuil énorme qu'on n'a jamais réussi à faire. D'un commun accord, on commence les préparatifs. On liste quelques musiques qui nous mettent dans l'état approprié. Forcément des trucs tristes, les adagio en tête de liste, celui de Barber par exemple, très bon, et Chopin le concerto en Mi, parfait. Puis, on pleure ensemble, on se complait dans une sorte de marasme très affectif mais pas effectif, en tous cas, pas productif du tout.

C'est à ce moment que le département des plans de vie s'est manifesté. Il nous a pris par surprise un après-midi, Gérard et moi, alors qu'on écoutait « Avec le temps » de Ferré. Il nous dit de but en blanc : « Bon les amis, il va falloir se ressaisir un peu. D'habitude je ne m'en mêle pas, mais là vous me faites perdre du temps sur l'échéancier! » Même Gérard est surpris! Les inconscients aiment rarement se faire traiter comme des enfants pas sages, mais là, ça l'a complètement blousé, j'imagine qu'il ne s'attendait pas à cette sortie-là. Quant à moi, je me tourne vers Gérard: « Ah bon en plus on a un échéancier? Tu avais déjà laissé échapper qu'on avait un agenda, mais là j'apprends qu'on a un échéancier en plus? Vraiment les amis, faudrait apprendre à partager un peu plus! » Je ne suis pas contente. Gérard reste muet.

Ceci dit, je l'ai bien reconnue cette entité-là. Le département des plans de vie, celui qui sait où tu seras dans 5 ans mais le garde pour lui, celui qui trace ta route, ton chemin de vie, il est en amont de tout, il est en amont de tous. Ça faisait effectivement un sacré bail que je ne l'avais pas entendu! On était beaucoup plus proche quand j'étais petite. Puis, la vie... Bref, le résultat de cette intervention a été assez rapide et fantastique. Une fois la surprise passée, on s'est dit, Gérard et moi, que si ce département s'était manifesté, c'était que notre aventure avait une sacrée importance! Finalement, ça nous a regonflés à bloc, et on a sorti ce soir-là le texte de « Quelqu'un qui m'entende ». On est le 7 décembre 2011 et c'est reparti de plus belle!

 

Vous avez des questions ou des commentaires? Partagez vos idées! Il nous fera plaisir de vous lire.